Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

Portraits de femmes: Hélène Metzger, Lily Jean-Javal et Berthe Bénichou-Aboulker

18 juin 2013 8 h 19 min0 commentaire

Par Yaël Levy-Provençal

Femmes de lettres et universitaires : Hélène Metzger, historienne des sciences, morte en déportation, Lily Jean-Javal,Femme de lettre et militante sioniste, et Berthe Bénichou-Aboulker, Première femme de lettres publiée en Algérie.

Metzger-Helen

Hélène Metzger née Bruhl (1889-1944). Historienne des sciences, morte en déportation.

C’est à Chatou, en région parisienne, qu’Hélène Bruhl voit le jour, le 26 août 1889, dans une famille d’intellectuels juifs. L’oncle d’Hélène, Lucien Lévy-Bruhl, est un des premiers sociologues français. Après le baccalauréat, Hélène prépare, en 1912, un diplôme d’études supérieures en chimie à la Sorbonne. A cette époque, rares sont les jeunes filles qui poursuivent des études scientifiques. Hélène est également très attirée par la philosophie. Elle devient la disciple et l’amie du professeur de philosophie Léon Brunschvicg, époux de Cécile Brunschvicg. En 1913, elle épouse l’historien Paul Metzger, qui sera, peu de temps après, tué au début de la Grande guerre. Jeune veuve, elle continue ses études de chimie et se spécialise en cristallographie. Elle se consacre à la recherche tout en travaillant comme bibliothécaire. En 1918, Hélène Metzger soutient une thèse à l’École pratique des hautes études : La Genèse de la science des cristaux.
Jusqu’en 1939, elle publie de nombreux articles et ouvrages consacrés à l’histoire de la chimie. Elle devient membre du Comité international d’histoire des sciences. Lorsque le premier statut des juifs est promulgué à Paris en octobre 1940, Hélène Metzger n’imagine pas qu’en tant que veuve de guerre française elle puisse être menacée. Elle refuse d’user de sa qualité de scientifique pour s’exiler à l’étranger. Elle se contente de quitter Paris pour se réfugier à Lyon où elle rejoint le «Bureau d’études israélites». Dans cette ville, elle continue à écrire et à travailler à ses recherches, considérant l’exercice de la pensée comme la dignité de l’être humain. Arrêtée en février 1944 à Lyon, Hélène Metzger est ensuite internée à Drancy. Elle est déportée à Auschwitz le 7 mars1944 et meurt durant son transport vers le camp d’extermination.
Hélène Metzger a occupé une place importante au sein des historiens des sciences. Elle fut une des premières et rares femmes dans ce domaine. Plus de quarante ans après sa mort, des recueils de ses textes ont été réédités pour les étudiants.

171_002

Lily Jean-Javal, nom de plume de Lily Javal née Lévy (1882–1958). Femme de lettres et militante sioniste.

Lily Lévy naît à Paris en 1882. Sa mère, Marguerite Lange, est d’origine juive comtadine. Son père, Léon Lévy, est issu d’une vieille famille juive alsacienne. Ingénieur des Ponts et Chaussées, il dirige les aciéries et exploitations houillères des Forges Châtillon-Commentry-Decazeville, près de Montluçon. C’est là que Lily passe la plus grande partie de son enfance. Lily épouse plus tard Jean Javal, descendant d’une famille d’industriels et de politiciens juifs. Député de l’Yonne, il succède dans ce département à son père, Emile Javal, qui lui-même avait succédé à son père Léopold Javal. Une des belles-sœurs de Lily, Jeanne Javal, épousera Paul Weiss, et sera la mère de la journaliste Louise Weiss. En 1913, Lily Jean-Javal fait paraître un premier roman, Mésanges, publié dans le magazine La vie heureuse diffusé par Hachette. La guerre éclate en 1914 et son époux est appelé sous les drapeaux. Il décédera deux ans plus tard. Lily Javal devient une des très nombreuses veuves de la Première guerre mondiale.
Sans enfant, jouissant d’une bonne situation économique et sociale, elle voyage et écrit beaucoup : romans, essais, recueils poétiques, impressions de voyages et littérature pour la jeunesse qu’elle signe Lily Jean-Javal. Elle s’engage également dans différentes associations juives, religieuses et sionistes. Elle fait chaque année des dons importants à la grande Synagogue de la Victoire à Paris et collabore à différentes revues juives. Dans le mensuel L’Univers Israélite, elle est une des rares femmes à signer régulièrement des chroniques culturelles, des comptes-rendus de conférences et d’ouvrages philosophiques et historiques. Elle est aussi une des premières françaises à se rendre en Palestine et à défendre la cause sioniste. Membre du comité français du fonds d’achat de terres pour les colons juifs en Palestine, le Keren Hayesod, elle rencontre les grands leaders sionistes de l’entre-deux guerres. Pour faire connaître les besoins des pionniers, elle donne de nombreuses conférences et publie dans les magazines sionistes français Menorah et L’Appui français. Lily Jean-Javal demeure une femme de lettres, fervente admiratrice de George Sand. Elle fait de nombreux pèlerinages à Nohant et s’en inspire pour écrire elle aussi des œuvres bucoliques dans lesquelles elle introduit des thèmes d’inspiration juive. Elle publie de très nombreux contes et romans pour la jeunesse, dont certains connaissent plusieurs rééditions. Lors d’un voyage au Portugal, elle découvre les marranes, ces juifs christianisés depuis plus de quatre siècles dont certains ont continué à judaïser en secret. En 1931, elle leur consacre un ouvrage, Sous le charme du Portugal. Elle publie encore des poésies en 1933, et des contes pour enfants jusqu’en 1935. Elle décède après la guerre, en 1958.
Lily Jean-Javal a laissé une œuvre caractéristique des premiers pas de la littérature pour enfants au début du XXe siècle. Sa coreligionnaire Eugénie Foa, l’avait précédée dans ce domaine. Comme elle, Lily Jean-Javal a introduit dans ses romans des descriptions de pratiques juives peu connues du public. Dans Noémi paru en 1925, elle a rappelé des coutumes et des prières juives peu favorables aux femmes.

Benichou-Berthe-2

Berthe Bénichou-Aboulker (1886-1942). Première femme de lettres publiée en Algérie.

Berthe Bénichou est née à Oran, du second mariage d’Adélaïde Azoubib avec Mardochée Bénichou, tous deux issus de familles de notables juifs d’Algérie. Son père a été président de la communauté juive d’Oran ; sa mère est une femme lettrée que nous avons déjà évoquée à propos de sa première fille, Célestine Aboulker. De sa seconde union, Adélaïde Azoubib a trois enfants, Berthe, sa sœur Esther et son frère, Raymond Bénichou, écrivain et philosophe notoire. Comme les autres femmes de sa famille, Berthe reçoit une éducation française que la génération de ses parents possédait parfois déjà.
En 1908, elle épouse le Docteur Henri Samuel Aboulker, professeur de médecine, Président du Parti radical d’Alger, Conseiller général et adjoint au maire d’Alger. Ils ont quatre enfants : Marcel, José, Colette (plus tard épouse Muscat), et une fille morte en bas âge. Dans les années trente, lorsque Berthe Bénichou-Aboulker commence à publier des livres, elle est la première femme éditée en Algérie. Avant elle, sa compatriote Elissa Rhais avait déjà publié plusieurs romans, parus eux, chez de grands éditeurs parisiens. Le premier ouvrage que Berthe édite en 1933 est une pièce de théâtre qui met en jeu une héroïne algérienne, La Kahena reine berbère. Ensuite, à compte d’auteur, Berthe Bénichou-Aboulker publie des recueils de poésie et d’autres pièces de théâtre. Certaines œuvres, comme Bithia la lépreuse, Gracia Mendésia ou Femmes de lettres, annoncées en 1935 dans l’édition de la pièce de théâtre Louise de Lavallière ne furent, semble-t-il jamais éditées.
C’est dans son pays natal, à Alger pendant la guerre, que Berthe Bénichou-Aboulker décède en 1942. Elle disparaît trop tôt pour assister aux honneurs rendus à plusieurs membres de sa famille pour le rôle de premier plan qu’ils ont tenu dans la préparation du débarquement américain à Alger. En 1943, son mari reçoit la Médaille de la Résistance et son fils, José Aboulker, la Croix de la Libération. En1948, sa fille, Colette Aboulker-Muscat, est décorée de la Croix de guerre. Après elle, bien d’autres auteurs s’intéresseront à la Kahena, mais Berthe Bénichou-Aboulker fut parmi les premières à célébrer cette héroïne commune aux berbères et aux juifs.

Un de ses poèmes illustre ici son œuvre : c’est le sonnet «Algérie» qui ouvre le recueil Pays de flamme. Il célèbre sa terre natale et sa population mêlée:

Tout croît intensément sur ton sol, Algérie !
Arbres, fleurs et blé d’or protégés par Cérès,
Fruits juteux, fruits de chair : Fatma, Rachel, Inès,
Zohra la mulâtresse ou la blanche Marie.
Que n’ai-je tel un chantre une langue fleurie
Pour célébrer le champ d’olivier, d’aloès
Où parfois vient rôder l’ombre de Cervantès
Prisonnier du Pirate en vieille Barbarie.
Exhalant des parfums de menthe et de henné,
Cités d’ardent essor et de luxe effréné :
Alger, Oran, Cirta, débordantes de sève
Ouvrent en éventail leurs bras blancs ou dorés
Pour recevoir le jour. En prismes irisés
Se transforment alors les rochers ou la grève.

Source : « Présences féminines juives en France, XIXè – XXè siècles », Michèle Bitton – 2M éditions – 2002



Laissez un commentaire


Powered by Sweet Captcha
Vérifions que vous êtes un humain,
Glissez la fleur sur le bouquet
  • captcha
  • captcha
  • captcha
  • captcha

Tomtop|

IT Support| POS label| System Integration| Software development| label printing| QR code scanner| wms| vending machine| barcode scanner| SME IT| it solution| rfid tag| rfid| rfid reader| it outsourcing| IRLS| inventory management system| digital labelling| barcode label| Self Service Kiosk| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| vending| app development| mobile app development| handheld device| terminal handheld| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mdm| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

banner| Backdrop| Bannershop| Ebanner| Eprint| foamboard| hk print| hong kong printing| Printing| backdrop| print100| 印刷| 宣傳單張| 貼紙| 貼紙印刷|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| office building| Commercial Building| Grade A Office| leasing| Rent Office| office for sale|

Central Plaza| The Centrium| LHT Tower| China Building| AIA Central| Crawford House| Exchange Tower| AIA Tower| World Wide House| One Kowloon| The Gateway | One Island South| Jardine House| Millennium City | Exchange Square| Times Square | Pacific Place| Admiralty Centre| United Centre| Lippo Centre| Shun Tak Centre| Silvercord| The Center| Mira Place| Ocean Centre| Cosco Tower| Harcourt House| Cheung Kong Center|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| Preparatory| best international schools hong kong| best primary schools in hong kong| primary school hong kong| private school hong kong| british international school| extra-curricular| school calendars| boarding school| school day| Bursary| British international school Hong Kong| British school Hong Kong| English primary school Hong Kong| English school Hong Kong| International school Hong Kong| School Hong Kong| boarding school Hong Kong| best school in Hong Kong| School fees|

Mailchimp|​​​​​​​ Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| Aweber| Maichimp| benchmark| SMS|

按揭計算機| 居屋|

electric bike| Best smartwatch| Best Wilreless earphones|